Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

SYSTÈME INNOVANT GYNCARE® DEVELOPPÉ PAR DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ

Partie 2: Ce que tu ne peux pas voir !

À la découverte de ton appareil génital

Partie 2: Ce que tu ne peux pas voir !

Tu te souviens de ce que nous t’avons exposé dans la première partie ? L’appareil génital féminin a une partie visible et une partie interne, que tu ne peux pas voir. Pour la découvrir, direction le vagin ! Véritable voie de communication entre le dedans et le dehors, le vagin permet à la fois de laisser s’écouler les sécrétions qui viennent de ses parois, comme les pertes blanches, ou de ton utérus, comme les règles. Mais après, qu’y a-t-il au fond ? Ça se termine où et par quoi ? Hop, partons au-delà du vagin, pour explorer l’appareil génital féminin interne !

Le col de l’utérus, tout au fond du vagin

La taille du vagin est variable selon les femmes et leur âge. Il n’y a pas de normes, ni de format idéal ! La nature fait en sorte, en général, qu’il mesure entre 6 et 15 cm, mais ça bouge tout le temps ! Au repos, ce n’est pas vraiment une cavité : les parois se resserrent jusqu’à se toucher. À certains moments de la vie d’une femme, le vagin fait preuve d’une grande élasticité : lors de l’accouchement, par exemple, il s’adapte pour permettre le passage du bébé.

Blotti tout au fond du vagin, le col de l’utérus commence avec une petite boule de chair, au milieu de laquelle il y a un orifice qui mène à l’utérus. La longueur du col est variable, mais tu peux compter entre 4 et 5 cm. C’est donc un passage qui, la plupart du temps, est très mince, voire bouche littéralement l’accès à l’utérus, et parfois s’ouvre un peu plus, pendant les règles, par exemple, pour leur permettre de s’écouler.

L’utérus, la poche prévue pour accueillir un bébé !

Nous voilà dans l’utérus ! C’est une poche dont la paroi a un rôle très important : tout au long des jours qui composent le cycle (entre 25 et 30, en général), l’endomètre – c’est le nom de la paroi – s’épaissit, pour se préparer à accueillir un œuf fécondé. Si finalement, aucune fécondation n’a lieu, la paroi se détruit et s’évacue, d’abord par le col, puis par le vagin, pour être finalement recueillie par la protection que tu as choisie. Tu l’auras compris, il s’agit des règles !

Lorsqu’une femme tombe enceinte, après la rencontre entre l’ovule et le spermatozoïde, la paroi bien épaisse va servir de petit nid douillet à l’œuf ainsi créé, qui pourra grandir tranquillement pendant neuf mois, pour devenir un bébé. Elle ne se détruit donc pas, et c’est pour ça que la femme enceinte n’a – en principe – pas ses règles pendant la grossesse.

L’utérus est un muscle. Il est d’ailleurs l’un des plus puissants du corps de la femme ! Pense qu’en se contractant, il arrive à pousser le bébé lors de l’accouchement. Il arrive également qu’il se contracte légèrement pendant les règles pour rendre l’écoulement plus facile.

Les trompes de Fallope et les ovaires, de chaque côté de l’utérus

L’utérus n’est pas une voie sans issue ! Alors que le col de l’utérus mène au vagin, vers le bas, on trouve, de chaque côté, en haut, les trompes de Fallope. Ce sont deux conduits qui mènent aux ovaires – qu’on verra juste après. Compte entre 10 et 14 cm, au long desquels va se produire la fécondation, c’est-à-dire la rencontre entre l’ovule et le spermatozoïde. L’œuf fécondé redescend, ensuite, paisiblement, pour aller se nicher dans l’endomètre – souviens-toi, la paroi de l’utérus, qui a préparé le petit nid douillet.

Au bout de chaque trompe de Fallope, il y a un ovaire. Tu en as donc deux ! C’est ici que sont stockés, dans des follicules, des ovules, ou ovocytes. Tu en possèdes un certain nombre, dès ta naissance. Au moment de la puberté, les ovaires vont se mettre en route et libérer, une fois par mois environ, et d’un seul côté, un ovocyte, dans la trompe de Fallope. S’il n’y a pas de fécondation, l’ovocyte est éliminé et l’endomètre se décroche. Ce sont les … règles ! Tu commences à connaître la chanson ! Après les trompes de Fallope et les ovaires, nous arrivons au bout de l’appareil génital interne.

Le clitoris, un iceberg qui cache sa plus grosse partie à l’intérieur

Encore lui ! Nous l’avons vu dans la première partie, car un tout petit bout apparaît, tout en haut de tes petites lèvres, caché sous un petit bout de peau, le capuchon. Ce n’est qu’une toute petite portion, le plus gros se cache en interne. De chaque côté, le clitoris possède des branches : chacune est formée d’un pilier et d’un bulbe. Cette partie se trouve autour du vagin. Bon, très bien, on situe maintenant bien ce petit organe. Mais, à quoi sert-il ?

Le clitoris a encore de nombreux secrets à dévoiler, parce qu’il a longtemps été un oublié des scientifiques. On l’appelle l’organe du plaisir, parce que, lorsqu’on le touche, ça donne des sensations très agréables. On a longtemps considéré qu’il n’avait pas de fonction réelle. De récentes recherches donnent un vrai rôle au clitoris mais tu l’auras compris, on ne sait pas encore tout du clitoris, malgré un rôle essentiel dans la sexualité de la femme.

Tous les organes génitaux dont nous t’avons parlé ici sont situés sur ton corps, à l’extérieur. L’appareil génital féminin se poursuit à l’intérieur, avec pour voie d’entrée le vagin. Nous allons te parler; dans une seconde partie dédiée à l’appareil génital féminin interne, d’utérus, d’ovaires et de trompes !

Niveau hygiène de l’appareil génital interne, on fait quoi ?

Souviens-toi : pour la partie externe, l’hygiène doit être simple et pas trop prononcée. Pour la partie interne, un seul mot d’ordre : pas touche ! Lorsque tu prends ta douche, tu peux mettre un peu de produit spécifique, sans savon, sur la vulve, mais sans rentrer dans le vagin !

Toute la partie interne de ton appareil génital est autonettoyante. De plus, toute une colonie de gentilles bactéries y habitent, en parfaite harmonie, et te protègent contre certaines invasions ! Si tu nettoies l’intérieur de ton vagin, tu déclenches un véritable tsunami chez tes petits habitants, qui vont se retrouver bien mal en point et ne pourront plus remplir leur rôle de protection. À toi les risques de gratouilles ou d’odeurs incommodantes ! Si, toutefois, cela t’arrive, tu peux tout à fait en parler à un adulte de confiance ou te rendre chez un médecin ou dans un planning familial, où une équipe médicale accueille les mineurs gratuitement, sans obligation de prévenir tes parents.

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Panier

Tout le stock disponible est dans le panier

Votre panier est vide.